Or de quinacridone, comment l’aimer ?

Pour cette deuxième vidéo concernant une couleur, j’ai choisi de vous présenter l’or de quinacridone, qui est un incontournable pour moi !

Avant de rentrer dans les détails de cette couleur, voici, ci-dessus, mon image d’inspiration. C’est une plante carnivore, une Dionée, très délicate et d’une forme plutôt intéressante. J’ai d’abord essayé de traiter ce sujet d’une façon un peu abstraite. Et vous pouvez voir cet essai ci-dessus aussi. Cette première version m’a permis d’essayer de trouver une façon de rendre les formes de cette plante si particulière. C’était la première fois que j’essayais de peindre cette plante, alors j’avais besoin de chercher, de tester, et d’essayer, pour comprendre la plante et avoir une meilleure idée de sa structure.

L’or de quinacridone est un jaune doré, très transparent sans aucune granulation. C’est une couleur que j’utilise seule ou en mélange, notamment avec du bleu outremer. Cet assemblage de couleur me permet d’obtenir des tons de vert très naturels et facile à varier selon la densité de l’une ou l’autre couleur. Mon tube actuel est un ancien tube et possède donc le pigment PO 49, mais actuellement le mélange le plus proche et l’un des plus utilisé est PO48 et PY150. Vous pouvez avoir un aperçu des comparaisons de cette couleur dans plusieurs marques ici. Je n’ai pas encore essayé cette nouvelle version mais ça ne saurait tarder puisque mon stock baisse rapidement !

J’ai cependant oublié de préciser une petite chose dans ma vidéo. L’or de quinacridone a une capacité spéciale. Lorsque cette couleur est déposée dans une zone mouillée elle va se propager très rapidement dans la zone et elle est même capable de repousser certains pigments et de prendre donc leur place. C’est particulièrement utile lorsque l’on peint des fleurs avec un coeur jaune. Mais parfois cette capacité peut aussi nuire ! C’est une couleur qui a une fâcheuse tendance à déborder !

Aimer l’or de quinacridone

Matériel utilisé :
Pinceaux : Raphaël « le 803″ nº2, Silver Brush Black Velvet 1/4 » en forme de dague.
Papier : Arches grain torchon 300g/m2
Couleurs : Bleu outremer (Daniel Smith), Vert émeraude (Schmincke), Or de quinacridone (Daniel Smith), Alizarine cramoisie permanent (Daniel Smith), encre blanche (Winsor & Newton).

Et voici l’aquarelle terminée (cliquez pour agrandir) :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.